Pellicule argentique oubliée

Positivons, ce reconfinement nous offre du temps en plus. Plus exactement il libère du temps que nous consacrions à autre chose : le temps de transport et les sorties s’envolent, laissant la place vacante à d’autres occupations possibles. Ne rien faire c’est cédé à la paresse, parfois pas désagréable pour reposer le corps et l’esprit mais qui peut tourner à l’ennui.
Dans ce temps retrouvé j’ai remis le nez dans mes appareils photos argentiques. 3 appareils, un Minolta, un Fuji et un Canon, tous chargés avec une pellicule entamée depuis des années et au milieu de tout ça, une pellicule développée. Quel plaisir de retomber sur d’anciennes photos qui, dès le premier coup d’œil, me ramenaient en arrière sur cette sortie dont j’aurais peut-être été incapable de me souvenir sans.
J’ai réalisé deux scans très imparfaits de cette sortie au muséum d’histoire naturelle de Paris avec sa grande galerie de l’évolution, absolument fantastique. Sans l’argentique, serais-je retombé sur ces photos. Je n’en suis pas sûr. C’est bien là l’un des avantages de ce médium.

One thought on “Pellicule argentique oubliée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *